Réforme

Les 67 Thèses de Zwingli

Cette année 2019, la ville de Zurich célèbre son 500ème anniversaire de la réforme à Zurich, menée par Huldrych Zwingli en 1519. Rappelons quelques points sur cet homme qui est moins connu que ces contemporains (Luther et Calvin) mais qui a considérablement contribué à fixer les dogmes de la Réforme. Zwingli est un humaniste d’époque, un féru de la Bible, qu’il étudie notamment via la version d’Erasme, à la recherche des origines du dogme catholique en 1506 suite à son ordination. Celui-ci se met alors à étudier les Pères de l’église ainsi que les théologiens controversés (pré-réformateurs) de l’époque à savoir (John Wyclif et Jan Hus). Ses lectures et ses réflexions alimentèrent sont indignations face au courant religieux d’époque. C’est en 1519, quand il fut ordonné prêtre de Zurich que celui-ci décide de mener sa réforme avec pour objectif : la gloire de Dieu, l’édification et l’instruction des fidèles. C’est par la tenue de pas moins de 3 disputes (29 janvier, 26 octobre 1523 et janvier 1524) que la Réforme se met progressivement en place à Zurich. Dès la 1ere dispute celui-ci publia 67 thèses sur les dérives du catholicisme.

Dans le cadre de ce blog, il est important de se rappeler de ces hommes que Dieu a utilisé pour propulser la réforme au XVIe siècle, restent faillibles. Tout comme Luther ou Calvin, il est bon de s’attacher principalement à la soif  qu’on eu ces hommes de revenir à la Bible et à l’écriture seule et non à la personne même.

1. Tous ceux qui disent que l’Évangile n’est valable que par l’approbation de l’Église, se trompent et blasphèment contre Dieu.

2. La substance de l’Évangile est que notre Seigneur Jésus-Christ, le vrai Fils de Dieu, nous a fait connaître la volonté de son Père céleste, nous a libérés de la mort et nous a réconcilié avec Dieu par son innocence.

3. Par conséquent, Christ est le seul moyen de sauver, ceux qui étaient, qui sont et qui seront.

4. Quiconque cherche ou pointe vers une autre porte commet une erreur. En effet, c’est un meurtrier de l’âme et un voleur.

5. Par conséquent, ceux qui considèrent d’autres enseignements  comme égaux ou supérieurs à l’évangile sont dans l’erreur et ne connaissent pas réellement l’Évangile.

6. Car le Christ Jésus est le guide et le chef, promis et par Dieu et offert pour tous les hommes. Cette promesse est accomplit.

7. Il est un Salut Éternel et « la tête » de tous les croyants qui sont son corps, mais qui sont morts et incapables de faire quoi que ce soit en dehors de lui.

8. De cela, premièrement, en résulte  que tous ceux qui vivent à la tête sont membres et enfants de Dieu et sont l’église, ou la communion des saints, une épouse du Christ, ecclesia catholica.

9. De plus, deuxièmement, de même que les membres physiques sont incapables de faire quoi que ce soit sans la tête qui les commandes, il est impossible pour quiconque appartenant au corps de Christ de faire quoi que ce soit sans Christ, leur tête.

10. Semblable à un homme fou, quand les membres de son corps font des chose sans « la tête », se déchirant, se blessant et s’endommageant ; Ainsi, lorsque les membres du Christ entreprennent quelque chose sans « la tête », Christ, ils sont fous, se blessent et se chargent d’ordonnances imprudentes.

11. De là, nous voyons les statuts des soi-disant clercs avec leurs splendeurs, leurs richesses, leurs classes, leurs titres, leurs lois, une cause de toute leur folie, car elles ne sont pas non plus en accord avec « la tête ».

12. Ainsi, ils continuent de faire rage, non pas à cause de « la tête » (car celle-ci est désireuse de faire naître en ces temps, la grâce de Dieu), mais parce qu’on ne les laisse pas faire rage, mais tentons de les forcer à écouter la tête.

13. Chaque fois que nous prêtons attention à la parole (là où « la tête » est écouté), nous acquérons une connaissance pure et claire de la volonté de Dieu et nous sommes attirés à lui par son Esprit et transformés à sa ressemblance.

14. C’est pourquoi tous les chrétiens devraient faire tout leur possible pour que partout seulement l’Évangile de Christ soit prêché de la même manière partout.

15. Car dans la foi repose notre salut, et dans l’incrédulité notre damnation; car toute vérité est claire en lui.

16. Dans l’évangile, nous apprenons que les doctrines et les décrets humains ne sont d’aucune utilité pour le salut.

Au sujet du Pape.

17. Christ est l’unique souverain sacrificateur éternel; on en déduit que ceux qui se sont appelés grands prêtres, se sont opposés à l’honneur et à la puissance de Christ, et l’ont rejeté.

Au sujet de la messe.

18. Christ, s’étant sacrifié une fois, constitue pour l’éternité un sacrifice sûr et valable pour les péchés de tous les fidèles, d’où le fait que la messe n’est pas un sacrifice, mais un souvenir du sacrifice et de l’assurance du salut que Christ nous a accordé.

19. Christ est le seul médiateur entre nous et Dieu.

Au sujet de l’intercession des saints.

20. Dieu veut tout nous donner en son nom, d’où il résulte, qu’en dehors de cette vie, nous n’avons besoin d’aucun autre médiateur

21. Lorsque nous prions les uns pour les autres ici sur terre, nous le faisons avec la certitude que tout nous est donné par le Christ, uniquement.

Au sujet des œuvres bonnes

22. Christ est notre justice, de qui découlent nos œuvre bonnes, dans la mesure où elles ceux sont celles de Christ ; mais dans la mesure où celles-ci sont les nôtres, elles ne sont ni justes, ni bonnes.

Concernant la propriété cléricale

23. Christ rejette les richesses et les apparats de ce monde. C’est pour cela que ceux qui se constituent des richesses, en son nom, sont des calomniateurs, car ils l’utilisent pour dissimuler leur propre cupidité et leur indiscipline.

Concernant les aliments interdits

24. Chaque chrétien est libre de toutes les œuvres que Dieu n’a pas commandées et a le droit de tout manger à tout moment. A ce propos, les décrets concernant le fromage et le beurre ne sont qu’un une escroquerie romaine.

Au sujet des vacances et du pèlerinage.

25. Les temps et les lieux sont sous la juridiction du peuple chrétien et non l’inverse; de là, nous apprenons que ceux qui fixent les temps et les lieux privent les chrétiens de leur liberté.

Au sujet des capuches, des robes et des insignes

26. Rien n’est plus déplaisant pour Dieu que l’hypocrisie. De là, nous apprenons que tout ce qui attrait à la bonté des yeux est  hypocrisie et  infamie totale. Ceci s’applique aux vêtements, aux insignes, aux tonsures, etc.

Au sujet des Ordres et des Sectes

27. Tous les chrétiens sont frères du Christ et personne sur la terre ne devrait être élevé pour être appelé Père. Sous cette condamnation tombent les ordres, les sectes, les confréries, etc.

Sur le mariage des ecclésiastiques

28. Tout ce que Dieu a permis ou interdit est juste, le mariage est donc permis à tous les êtres humains.

29. Que tous ceux qui sont connus comme clergé pèchent quand ils ne se protègent pas par le mariage après avoir pris conscience que Dieu ne leur a pas permis de rester chastes.

À propos du vœu de chasteté.

30. Ceux qui font vœu de chasteté en entreprennent trop, bêtement, car quiconque accepte de tels vœux commet une injustice envers l’être pieux.

À propos de l’excommunication

31. Qu’aucune personne spéciale ne peut imposer l’interdiction [excommunication] à qui que ce soit, à l’exception de l’Église, qui est la congrégation [complète] de ceux parmi lesquels habite la personne à interdire, ainsi que leur gardien, c’est-à-dire le pasteur.

32. Seule la personne qui cause l’infraction publique peut être excommuniée.

Au sujet des biens mal acquis 

33. Les biens mal acquis, qui ne peuvent pas être rendus à leur propriétaire légitime, ne doivent pas être donnés aux temples, aux cloîtres, aux moines, aux prêtres et aux religieuses, mais aux pauvres.

Au sujet des magistrats

34. La soi-disant autorité spirituelle ne peut justifier son apparat sur la base de l’enseignement du Christ.

35. Mais l’autorité temporelle tire sa force et son affirmation de l’enseignement et de la doctrine du Christ.

36. Toute autorité judiciaire et administrative qui se confie au soi-disant domaine sacerdotal appartient en réalité à l’autorité temporelle dans la mesure où elle se veut chrétienne.

37. En outre, tous les chrétiens, sans exception, leur doivent l’obéissance.

38. Tous les chrétiens sans exception leur doivent l’obéissance, pourvu qu’ils ne commandent rien qui soit opposé à Dieu.

39. Par conséquent, toutes leurs lois doivent être conformes à la volonté divine afin de protéger l’opprimé, même s’il n’est pas en droit de porter plainte.

40. Eux seuls sont habilités à imposer la peine de mort et uniquement à ceux qui ont offensé publiquement, sans encourir la colère de Dieu, à moins que Dieu ne commande autre chose.

41. Quand ils fournissent un conseil juste et une aide à ceux pour qui ils devront rendre des comptes devant Dieu, ceux-ci leur doivent une assistance matérielle.

42. S’ils deviennent infidèles et n’agissent pas selon les préceptes de Christ, ils peuvent être destitues au nom de Dieu.

43. En bref, la domination de celui qui règne avec Dieu est la meilleure et la plus stable; mais la domination de celui qui gouverne par son propre caprice est la pire et la plus incertaine.

À propos de la prière.

44. Les vrais adorateurs font appel à Dieu en esprit et en vérité, sans aucune clameur devant les hommes.

45. Les hypocrites font leur travail pour être vus par les hommes, ils reçoivent leur récompense dans ce monde.

46. Ainsi, il s’ensuit que le chant et la clameur forte, sans véritable dévotion est fait pour de l’argent seulement en recherchant la louange humaine ou bien un gain matériel.

Au sujet de l’infraction

47. Une personne devrait subir la mort physique plutôt que d’offenser ou de scandaliser un chrétien.

48. Quiconque, par stupidité ou ignorance, est offensé sans motif, ne devrait pas être laissé faible ou ignorant, mais il devrait être fortifié, afin de ne pas considérer comme un péché ce qui n’est pas un péché.

49. Je ne connais pas d’infraction plus grande que celle d’interdire aux prêtres d’avoir des femmes, tout en leur permettant de se livrer à des prostituées.

Au sujet de la rémission du péché

50. Dieu seul remet le péché par Jésus Christ son fils, notre seul Seigneur.

51. Qui attribue ceci aux êtres créés porte atteinte à l’honneur de Dieu et le donne à celui qui n’est pas Dieu; c’est de l’idolâtrie pure.

52. Par conséquent, la confession faite au prêtre ou au prochain ne sera pas considérée comme une rémission de péché, mais seulement comme une recherche de conseils.

53. Les œuvres de pénitence provenant d’un conseil humain (sauf l’excommunication) n’annulent pas le péché; ils sont simplement imposés pour dissuader les autres.

54. Christ a supporté toutes nos douleurs et nos œuvres. Par conséquent, quiconque attribue à des œuvres de pénitence ce qui est de Christ se trompe et blasphème Dieu.

55. Quiconque refuse de remettre un péché d’une personne repentante ne peut prétendre agir au nom de Dieu ou de Pierre, mais au nom du diable.

56. Celui qui remet certains péchés pour de l’argent seulement est le compagnon de Simon et Balaam, et le véritable messager du diable personnifié.

Au sujet du Purgatoire

57. Les véritables Saintes Écritures ne savent rien du purgatoire après cette vie.

58. La sentence des morts est connue, n’est connue que de Dieu.

59. Et moins Dieu nous en a informé, moins nous devrions chercher à savoir d’avantage.

60. Qu’une personne, soucieuse des morts, appelle Dieu à leur montrer sa miséricorde, je ne désapprouve pas. Mais fixer un temps pour cela et mentir pour gagner, n’est pas humain, mais diabolique.

À propos de la prêtrise.

61. Au sujet de la forme de consécration que les prêtres ont reçue récemment, les Écritures ne savent rien.

62. Les Écritures ne reconnaissent d’autres prêtres que ceux qui proclament la Parole de Dieu.

63. À ceux qui proclament la Parole de Dieu, les Écritures nous demandent de montrer du respect en leur assurant une subsistance.

À propos de la cessation des abus de pouvoir

64. Tous ceux qui reconnaîtront leurs erreurs ne seront pas autorisés à souffrir mais à mourir en paix, puis à organiser de manière chrétienne leurs legs à l’Église.

65. Ceux qui acceptent de reconnaître leur erreur seront traités par Dieu. Par conséquent, aucune violence ne doit être infligée à leur corps, à moins, bien entendu, que leur comportement soit si inconvenant que l’on ne puisse s’en passer.

66. Tous les supérieurs cléricaux doivent s’humilier instantanément et ériger la croix de Christ uniquement et non l’argent et la tirelire. Sinon, ils périront; la hache est à la racine de l’arbre.

67. Si quelqu’un veut discuter avec moi des taux d’intérêt, des dîmes, des enfants non baptisés ou de la confirmation, je me tiens à disposition pour y répondre.

Sources:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s